logo facebook
Connexion  Accès professionnel ▼

Professionnel, connectez-vous pour accéder à vos tarifs

Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?

Vous être client ?
Demandez vos codes d'accès

Contactez-nous
panier  Panier (0)
Votre panier est vide.

Nous contacter

02 31 48 64 50


La production "pleine terre"


Chez nous, elle s'étend sur 40 ha en différentes parcelles.
Le principe est de planter directement le végétal en pleine terre puis d'intervenir ponctuellement jusqu'au moment de sa commercialisation.
Une partie de cette production est vendue, l'autre partie est arrachée puis remise en culture en pot (gros litrages). Dans ce cas les plantes seront vendues après qu'elles aient finie leur enracinement. (cf: Culture Hors sol gros litrage)

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

Tout commence par la préparation du sol. On travaille le sol avec des outils attelés à l'arrière d'un tracteur pour le décompacter, l'aérer,... faciliter l'enracinement des nouvelles plantations.

En parallèle, les jeunes plantes sont préparées :
Dans le cas d'une plantation de plantes en racines nues : On les taille sur leur partie aérienne et sur leur partie racinaire. Nous baignons ensuite leurs racines dans un pralin et on stock les plantes dans des cageots.
Dans le cas d'une plantation de plantes en godet : On enlève le godet et on stock les plantes dans des cageots.
Puis on peut planter directement. Une personne conduit le tracteur, l'autre est assise dos à l'avancement. Cet opérateur positionne le plant au milieu d'un sillon que fait l'outil. Eventuellement, une troisième personne tasse la terre au pied des jeunes plantations et s'occupe de l'approvisionnement en plants.



 

 

Quelquefois, on installe une bâche sur le sol (après l'avoir travaillé), pour limiter l'enherbement entre chaque plante. Ce type de plantation se fait manuellement. Il faut percer la bâche avec un plantoir, et installer le plant dans le trou.

Ensuite, le suivi des cultures nécessite :

  • De la taille pour que la plante se ramifie, ou pour conduire des troncs bien droits.

  • Des passages d'outils pour désherber.

  • Des traitements lors d'attaques d'insectes ou en présence de maladies.
  • Des greffages,..etc...



 

 

Le greffage, dans son principe consiste à assembler les meilleures parties de différentes plantes pour n'en faire qu'une.
Prenons l'exemple des fruitiers :

On plante un porte-greffe (comme vu précédemment) qui a la particularité de s'enraciner rapidement en faisant de belles racines.
Lorsque le porte-greffe a bien repris, on greffe un oeil d'une variété qui elle, ne fait peut-être pas de bons fruits, mais a la particularité de pousser bien droit.
Lorsque le tronc est ainsi fait, après l'avoir laissé pousser, on greffe dessus des yeux de fruitiers qui, eux, ne font pas forcément de beaux troncs, ou de belles racines, mais qui ont des particularités gustatives recherchées.
Les chiens ne faisant pas de chats, on ne greffe pas de poiriers sur des cerisiers,...
Nous greffons des cerisiers type "bigarreaux" sur des améliorations de merisiers (cerisiers sauvages) ; des pommiers à fruits ou à cidre sur des "pommiers francs" ; etc ...

Après plusieurs années, vient le temps de la "récolte" :
Nous préparons les plantes en racines nues, en motte, ou en motte grillagée.

Les plantes en racines nues :

Les plantes n'ont pas de terre autour des racines.

Les plantes en motte :

Les plantes ont de la terre autour des racines. Pour retenir cette terre, nous plaçons un filet de coton autour de la motte ("tontine"). Cette tontine ne doit pas se retirer à la plantation. Elle est biodégradable. Vous veillerez seulement à dénouer la tontine à la fin de la plantation dans votre jardin.
Les plantes en motte grillagée :

Les plantes en motte grillagée :

C'est le même principe que pour les plantes en motte mais on rajoute une tontine en grillage. Cela a pour but de maintenir plus fermement la terre contre les racines. Nous faisons des mottes grillagées uniquement sur certains gros sujets. Au même titre que la tontine de coton, la tontine en grillage se dégradera très vite. Aussi, il ne faut pas l'enlever. Il faudra seulement couper le fil de fer supérieur, à la fin de la plantation.

L'arrachage se fait mécaniquement ou manuellement...

L'arrachage mécanique :

Arrachage mécanique pour les tiges ornementales, tiges et demi-tiges fruitiers en racines nues :



Un appareil est accroché à l'arrière d'un tracteur pouvant passer entre les rangs d'arbres.

Une personne dispose des commandes hydrauliques et reste sur le tracteur.

Une personne place le dispositif contre la tige de l'arbre.

La personne sur le tracteur actionne les manettes pour que la machoire de l'outil se resserre sur le tronc.



Il actionne ensuite le levier qui permet de relever le bras et ainsi permet l'arrachage de la plante (en tirant vers le haut).


 

Arrachage en motte :

Nous utilisons une arracheuse de marque "Holmac" (il y en a 2 actuellement dans notre entreprise).



On commence par nettoyer le pied de la plante.

Ensuite, on approche la machine et on centre le tronc par rapport à la lame.

On stabilise l'engin en "piquant" le bras dans le sol, puis on actionne la lame qui va s'enfoncer dans le sol.


Pour aider à la coupe des racines, on actionne une pédale pour faire vibrer la lame.



Lorsque la lame est passée de l'autre côté, l'opérateur replace la lame sous la plante.
Ensuite, il lève la plante en actionnant le bras de la machine puis place le sujet dans un grillage où on a mis des tontines.



Avec des crochets, on tourne le grillage pour qu'il se resserre contre la motte de terre.




L'arrachage manuel :



Une personne sélectionne les plantes demandées par le client et rassemble les rameaux avec de la ficelle agricole.
Une autre personne fait les mottes :



Elle commence par détourer le pied.

Ensuite elle coupe les racines en constituant la motte.


Après, le travail consiste à nouer la tontine de coton autour de la motte de terre.




Et d'évacuer la commande ainsi constituée...






Retour à la page production